lascif

lascif

lascif, ive [ lasif, iv ] adj.
• 1488; lat. lascivus
1Vieilli Fortement enclin aux plaisirs amoureux. libidineux, luxurieux, sensuel, voluptueux. « mon tempérament ardent et lascif » (Rousseau).
2Qui est empreint d'une grande sensualité. érotique, lubrique. Pose, danse lascive. « les ondulations harmonieusement lascives du torse, des hanches » (Gautier). Regards lascifs.
⊗ CONTR. Chaste, 1. froid, réfrigérant.

lascif, lascive adjectif (latin lascivus, folâtre) Qui incite à la sensualité : Une danse lascive.lascif, lascive (synonymes) adjectif (latin lascivus, folâtre) Qui incite à la sensualité
Synonymes :
- érotique

lascif, ive
adj.
d1./d Porté à la volupté ou à la luxure. Une nature lascive.
d2./d Qui exprime la sensualité; qui éveille ou excite le désir. Spectacle lascif. Démarche lascive.

⇒LASCIF, -IVE, adj.
A. — Vx, poét. Qui batifole, folâtre. Le chevreau lascif mord le cytise en fleurs (HUGO, Feuilles automne, 1831, p. 804). Que ne puis-je (...) Voir les chevreaux lascifs errer près d'un ravin ou parcourir la plaine (BANVILLE, Cariat., 1842, p. 140).
B. — Littér. [En parlant d'une pers. ou, p. méton. du déterminé, d'un attribut hum.] Qui est enclin aux plaisirs de l'amour. Synon. sensuel. Âme, nature lascive; cœur, tempérament lascif. Tu la verras bientôt, lascive et caressante, Tourner vers les baisers sa tête languissante (CHÉNIER, Bucoliques, 1794, p. 115). Je lui souhaite une maîtresse simple de cœur et bornée de tête, très bonne fille, très lascive, très belle, qui l'aime peu et qu'il aime peu (FLAUB., Corresp., 1853, p. 305) :
1. Elle sera pure et lascive. Je voudrais qu'elle ne s'effarouchât point de l'amour, que le baiser ne fût pas pour elle le secret des nuits, la chose honteuse, à laquelle il ne faut pas penser, bien que ce soit bon. Je voudrais qu'elle aimât l'amour et le baiser, qu'elle fût si sensible qu'un peu plus de chaleur ébranle ses nerfs à une communion.
RIVIÈRE, Corresp. [avec Alain-Fournier], 1907, p. 75.
P. métaph. Quelques nuées lascives s'entre-poursuivaient dans l'azur avec des ondoiements de nymphes. On croyait sentir passer des baisers que s'envoyaient des bouches invisibles (HUGO, Travaill. mer, 1866, p. 448).
C. — 1. [En parlant d'une pers.] Qui est enclin à la sensualité, à la volupté; qui est porté ou porte à la luxure. Joss la saisit sous les bras, et dépose Un baiser monstrueux sur cette bouche rose; Zéno, (...) lascif, Lève la robe d'or jusqu'à la jarretière (HUGO, Légende, t. 1, 1859, p. 379). La Figliuola, une danseuse lascive pour qui les hommes s'entretuent et se ruinent et se damnent pour coucher avec (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 161).
P. anal. [En parlant d'un animal] Bouc lascif. Aucun cri, sauf le « rrr... » dur et harmonieux qui roule par moments dans la gorge des matous. La Noire [une chatte], muette et lascive, provoque, puis châtie, et savoure sa toute-puissance (COLETTE, Mais. Cl., 1922, p. 247).
Rem. On relève un emploi subst. : Enfin, mon vieux lascif, quel jour vous plaît-il de venir à votre choix déjeuner ou dîner chez votre géant? (FLAUB., Corresp., 1876, p. 275).
2. [P. méton. du subst. déterminé] Qui est empreint de sensualité, de volupté; qui porte, incite à la luxure.
a) [En parlant d'un trait phys., d'un comportement] Air lascif; danse, posture lascive; caresses lascives; embrassements, jeux lascifs; baisers lascifs et brûlants. Vous n'avez jamais vu (...) La valse impure, au vol lascif et circulaire, Effeuiller en courant les femmes et les fleurs (HUGO, Feuilles automne, 1831, p. 762). Son œil danse de plus en plus, elle n'est plus guère maîtresse de son corps; elle se roule avec des ondulations de bête, elle a des mouvements lascifs, fauves et gauches (GONCOURT, Journal, 1862, p. 1088) :
2. ... toute la peau des yeux était d'une teinte un peu rousse, qui les agrandissait et leur donnait une manière fatiguée et amoureuse. J'aime beaucoup ces grands yeux des femmes de trente ans, ces yeux longs, fermés, à grand sourcil noir, à la peau fauve fortement ombrée sous la paupière inférieure, regards langoureux, andalous, maternels et lascifs, ardents comme des flambeaux, doux comme du velours; ils s'ouvrent tout à coup, lancent un éclair et se referment dans leur langueur.
FLAUB., 1re Éduc. sent., 1845, p. 35.
b) [En parlant d'un affect, d'une pensée, de paroles] Discours, propos lascifs. Mon dépit, ma fureur bouleversent mon âme; À mes désirs lascifs je voudrais tout plier (BOREL, Rhaps., 1832, p. 58). Dans ces grands bois (...) denses et sans fond, recélant des ténèbres humides, il y tiédissait des rêves lascifs dont la brise apportait le murmure sur les champs (AYMÉ, Jument, 1933, p. 207) :
3. Jamais (...) des idées lascives n'ont enflammé son imagination. Vingt fois, cent fois, elle a vu s'accomplir devant elle l'acte de la génération; elle n'a pas rougi, elle n'a pas fui, mais elle a continué sa route avec indifférence et n'a pas jeté derrière elle un regard furtif; elle a vu des yeux du corps et non de ceux de l'âme; ses sens dorment encore; ils attendent, pour s'éveiller, le cri de la nature.
LACLOS, Éducation femmes, 1803, p. 437.
c) [En parlant de productions artistiques] Tableaux, vers lascifs. Latouche a publié autrefois Fragoletta, roman brillanté et lascif (SAINTE-BEUVE, Corresp., t. 5, 1844, p. 682). O mendiants chanteurs des routes d'Italie (...) Laissez trembler pour nous vos musiques lascives (NOAILLES, Ombres jour, 1902, p. 39).
Rem. Pour LITTRÉ, lascif connote la « folâtrerie »; le mot semble plutôt connoter une sensualité langoureuse (v. notamment supra ex. 2).
REM. Lascivement, adv. De manière lascive (supra C). Sa chevelure noire, lascivement bouclée, semblait avoir déjà subi les combats de l'amour, et retombait en flocons légers sur ses larges épaules (BALZAC, Peau chagr., 1831, p. 69). Dans un coin, des femmes étalaient lascivement leur gorge nue (ZOLA, M. Férat, 1868, p. 136).
Prononc. et Orth. : [lasif], fém. [-i:v]. Vieilli [-ss-] ds LAND. 1834, LITTRÉ, DG, mais non ds FÉR. 1768 ni GATTEL 1841. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1488 « qui excite aux plaisirs amoureux » (La Mer des Histoires, I, 92c, éd. 1491 cité par VAGANAY ds Rom. Forsch. t. 32, p. 97); 2. 1512 « enclin à folâtrer » (J. LEMAIRE DE BELGES, Illustrations de Gaule, éd. J. Stecher, I, 149); 3. 1579 « enclin aux plaisirs amoureux » (R. GARNIER, La Troade, 377, t. 2, p. 97 ds IGLF) Empr. au lat. lascivus « folâtre, enjoué; enclin aux plaisirs des sens ». Fréq. abs. littér. : 172.

lascif, ive [lasif, iv] adj.
ÉTYM. 1488; lat. lascivus « folâtre, enjoué », sens repris par Hugo : le chevreau lascif (→ Cytise, cit. 1).
1 Littér. ou plais. Fortement enclin aux plaisirs amoureux. Libidineux, luxurieux, paillard (fam.), sensuel, voluptueux. || Homme lascif, lascif comme un bouc. || Femme lascive.Tempérament lascif. Amoureux. || Cœur lascif (→ Hennissement, cit. 4, Bossuet).Par ext. || Bouche lascive.Fig. || Brise lascive (→ Frémir, cit. 6).
1 Qu'on se représente mon tempérament ardent et lascif, mon sang enflammé, mon cœur enivré d'amour, ma vigueur, ma santé, mon âge; qu'on pense que dans cet état altéré de la soif des femmes, je n'avais encore approché d'aucune (…)
Rousseau, les Confessions, V.
2 Tu la verras bientôt, lascive et caressante,
Tourner vers les baisers sa tête languissante.
André Chénier, Bucoliques, XV.
3 Son œil pétillait d'impureté et de rage. Sa bouche lascive rougissait le cou de la jeune fille. Elle se débattait dans ses bras. Il la couvrait de baisers écumants.
Hugo, Notre-Dame de Paris, XI, I.
4 Messaline, en riant, se mettait toute nue,
Et sur le lit public, lascive, se couchait.
Hugo, la Légende des siècles, VIII.
5 Regrettez-vous le temps où les Nymphes lascives
Ondoyaient au soleil parmi les fleurs des eaux (…)
A. de Musset, Poésies nouvelles, « Rolla », I.
2 Par ext. Qui est empreint d'une grande sensualité, porté à la luxure. Impur, lubrique, sensuel, voluptueux. || Des poses lascives. || Posture, danse lascive ( Almée, cit. 3). || « La valse impure, au vol lascif et circulaire » (Hugo). || Trémoussements lascifs (→ Goule, cit. 4). || Regards lascifs. Concupiscent.Jeux lascifs (→ Attraper, cit. 7). || Embrassements (cit. 5) lascifs. || Amour lascif. Charnel.REM. Pour Littré, qui ne peut oublier le sens du lat. lascivus, une nuance de « folâtrerie » s'attache à l'adjectif lascif. De nos jours, il emporte plutôt une idée de langueur sensuelle.
6 (Ceux) À qui l'amour lascif règle la fantaisie.
Mathurin Régnier, Satires, XII.
7 (…) jamais, ni dans ce temps-là ni depuis, je n'ai pu parvenir à faire une proposition lascive, que celle à qui je la faisais ne m'y ait en quelque sorte contraint par ses avances, quoique sachant qu'elle n'était pas scrupuleuse, et presque assuré d'être pris au mot.
Rousseau, les Confessions, III.
8 (…) leur danse consiste dans les ondulations harmonieusement lascives du torse, des hanches et des reins, avec des renversements de bras par-dessus la tête. Les traditions arabes se sont conservées dans les pas nationaux, surtout en Andalousie.
Th. Gautier, Voyage en Espagne, p. 218.
CONTR. Chaste, continent, frigide, froid, pur.
DÉR. Lascivement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • lascif — lascif, ive (la ssif, ssi v ) adj. 1°   Qui se plaît à bondir et à jouer (sens primitif du latin lascivus). •   Partout où la nature est gracieuse et belle, Où le chevreau lascif mord le cytise en fleurs, V. HUGO F. d aut. 38. 2°   Qui est enclin …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • lascif — LASCIF, [lasci]ve. adj. Fort enclin, fort porté à la luxure. Neron estoit l homme de son siecle le plus lascif. Il se dit aussi des choses, qui portent, qui excitent à la luxure. Une posture lascive. une danse lascive. un tableau lascif. des… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • LASCIF — IVE. adj. Fort enclin, fort porté à la luxure. Le bouc est un animal très lascif.   Il se dit aussi Des choses qui portent, qui excitent à la luxure. Une posture, une danse lascive. Un tableau lascif. Des regards, des vers lascifs. Des paroles… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • lascif — Qualifie un penchant impudique pour la sensualité suggestive des mouvements du corps: la danse, la démarche, le déhanchement, le balancement de la tête sur l’épaule, l’élévation des bras, les rotations du poignet... s’inscrivent dans ce… …   Dictionnaire de Sexologie

  • LASCIF, IVE — adj. Qui est fort porté à la luxure. Le bouc est un animal très lascif. Il se dit aussi des Choses qui portent à la luxure. Une posture, une danse lascive. Un tableau lascif. Des regards, des vers lascifs. Des paroles lascives …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • ascif — lascif …   Dictionnaire des rimes

  • lascive — ● lascif, lascive adjectif (latin lascivus, folâtre) Qui incite à la sensualité : Une danse lascive. ● lascif, lascive (synonymes) adjectif (latin lascivus, folâtre) Qui incite à la sensualité Synonymes : érotique …   Encyclopédie Universelle

  • lasciveté — [ lasivte ] ou lascivité [ lasivite ] n. f. • XVe, 1511; bas lat. lascivitas, de lascivus ♦ Littér. Caractère lascif. ⇒ lubricité, sensualité. ⊗ CONTR. Chasteté, froideur. ● lascivité ou lasciveté nom féminin (bas latin lascivitas, atis)… …   Encyclopédie Universelle

  • lascivité — lasciveté [ lasivte ] ou lascivité [ lasivite ] n. f. • XVe, 1511; bas lat. lascivitas, de lascivus ♦ Littér. Caractère lascif. ⇒ lubricité, sensualité. ⊗ CONTR. Chasteté, froideur. ● lascivité ou lasciveté nom féminin (bas latin lascivitas,… …   Encyclopédie Universelle

  • salace — [ salas ] adj. • 1555; lat. salax « lubrique », de salire « saillir » ♦ Littér. Qui est prompt aux rapprochements sexuels, en parlant d un homme. ⇒ lascif, lubrique, sensuel. « C était un bandit salace et ivrogne » (Huysmans). Regards, propos… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”